• Pourquoi ?

La self-défense regroupe l'ensemble des moyens et des techniques mis en oeuvre afin de préserver son intégrité physique - ou celle d'autres personnes - et éventuellement de ses biens, dans toute situation violente présentant un caractère agressif et dangereux.

Le terme japonais correspondant à ces techniques est "Goshin Jutsu" (où "Go" est la protection / réaction, "Shin" est l'être / l'esprit, "Jutsu" - la technique).

Ces techniques émanent le plus souvent du Ju Jutsu, ancêtre de la majorité des Arts Martiaux japonais. Elles sont le plus souvent radicales et violentes, se voulant décisives, partant du principe que dans une situation de survie, il ne peut y avoir de "seconde chance".

Moins "académiques" que les techniques de Karaté par exemple, elles se situent dans un domaine où "tout est permis", où l'agresseur doit être sinon détruit, au moins mis hors d'état de nuire avant qu'il ne vous détruise d'une façon ou d'une autre.

Nous vivons à une époque où la violence est présente en permanence, où la menace prend les formes les plus diverses. Du délinquant en herbe qui arrache un sac pour quelques billets au terroriste fanatique qui veut tuer aveuglément le plus grand nombre, en passant par tous les modes d'agression à main armée, l'éventail est malheureusement vaste.

Il n'est jamais sûr de pouvoir "se sortir" de situations à risques sans dommages sérieux, et il est toujours préférable de développer à la fois une philosophie de vie ainsi qu'un sixième sens pour pouvoir éviter au maximum ces situations. Ceci étant, si on est vraiment obligé de faire face, certaines attitudes et techniques peuvent permettre d'éviter le pire.

  • Pour qui ?

Si la self-défense est l'affaire de tous, elle est encore davantage celle des plus "faibles", sans connotation péjorative. Il est un fait purement biologique et physiologique que les femmes et les personnes plus âgées sont moins fortes et moins résistantes physiquement que des hommes dans la force de l'âge.

Il est donc nécessaire de développer, chez ces catégories de personnes, des moyens qui leur soient adaptés, et qui, jouant à la fois de la soudaineté et de la précision, peuvent créer un effet de surprise et donner ainsi le temps de faire s'éloigner la menace. Il y a heureusement d'autres voies que la force directe, pour lesquelles l'intuition, la maturité ou les facultés mentales peuvent devenir prépondérantes.

  • Comment ?

Bien évidemmment, il n'y a pas, dans ce domaine non plus, de formule magique qui donne cette invincibilité alléchante promise par certaines publications ou réclames. Seule la mise en situation, et la répétition inlassable de certains gestes élémentaires peuvent, le cas échéant, faire se déclencher instinctivement dans une situation de stress intense le "juste assez" pour s'en sortir.

Cependant, on cherchera à éviter le côté ultra-répétitif des exercices de Karaté académique, pour donner un côté plus ludique et moins épuisant physiquement, tout en gardant le souci d'une efficacité minimale.

Notre Dossier Technique N° 20 donne quelques éléments concrets concernant une première approche des techniques de self-défense.

  • Légitimité

Les techniques apprises peuvent être redoutables. Il faut savoir en prendre conscience, et ne pas tomber dans l'excès contraire, qui vous ferait crever un oeil ou rendre infirme quelqu'un qui vous aurait juste bousculé dans l'escalier.

La législation définit la proportionnalité de la défense en rapport avec l'agression, et le terme de "légitime défense" n'est pas une pure expression de circonstance.

C'est à l'instructeur qu'il appartient de préciser et de détailler ces aspects, et que "savoir se défendre" pour les uns ne devienne pas une menace potentielle supplémentaire pour les autres.